EPS-BPlate02.jpg

 A ROYE,

 on joue à

" BOULE... PLATE ! "

  C'est un jeu d'équipe très ancien. Il aurait été introduit en Picardie par les marins  espagnols au XVIème siècle. Ils jouaient sur les ponts de leurs bateaux, la trajectoire de leurs boules étant forcément sinueuse. A terre, ils auraient reproduit les trajectoires sur une piste en "goulotte". Certains historiens font même remonter ses origines  au XIV ème siècle. Rabelais en parle à propos des nombreux jeux que pratique son  héros Gargantua.

La piste

   Le jeu se pratique sur un terrain spécial d'une trentaine de mètres de longueur et de 2,50 mètres de large. C'est une sorte de gouttière en terre battue profonde de 30 cm. environ. La concavité de cette piste est un élément indispensable à la pratique.

BoulPlatesPiste.gif

 

   
Le but est un point fixe, le centre d'une cible tracée au sol. Il joue le rôle du cochonnet de la pétanque ; il y en a un à chaque extrémité du terrain, à environ 2 mètres de " la gatte " (sorte de fossé creusé aux 2 bouts de la piste pour recevoir les boules perdues).

 La boule, plate, a l'aspect d'une grosse rondelle (diamètre 18 cm. environ, épaisseur 6,5 à 7,5 cm., poids à peu près 2 kg.). Elle est faite d'un bois exotique extrêmement lourd, le gaïac (importé du Brésil ou d'Amérique Centrale). Elle doit rouler sur la tranche. La bande de roulement est convexe ; son profil est asymétrique (le chanfrein est plus allongé d'un côté que de l'autre).

En 1, le poids de la boule s'applique à gauche de l'appui au sol, cette boule penche vers la gauche, donc tourne et grimpe la pente.

 En 2, grimpée sur la pente de la piste, le point d'appui s'est déplacé, le poids s'applique alors à sa droite, la boule penche à droite et redescend vers la partie plane de la piste; et ainsi de suite...


Grâce à cette particularité, alliée à la forme du terrain, la boule a une trajectoire plus ou moins sinueuse : elle termine toujours sa course du côté où, au moment de la lancer, on a placé le chanfrein le plus allongé (petit diamètre). On joue ainsi "à la ville" ou "à Gruny ( expressions employées pour déterminer les 2 rives du terrain, celle du côté centre ville, et l'autre du côté campagne). Un lancer fort prolonge la partie rectiligne du parcours de la boule mais risque d'aller "à gatte "!

Les zigzags sont inévitables, tout l'art du jeu consiste donc à les maîtriser !

DEROULEMENT de la PARTIE

Elle se dispute entre 2 équipes de 3 à 6 joueurs (8 boules par équipes). Le sort désigne l'équipe qui commence.
Les joueurs de la première équipe jouent d'abord toutes leurs boules. Ils essaient d'en placer 2 ou 3 près du point, en évitant d'aller " à gatte "; puis ils " demeurent ", c'est à dire qu'ils disposent leurs boules sur la piste de façon à gêner le passage des boules adverses.

La deuxième équipe joue ensuite ; chaque équipier essaie d'amener sa boule le plus près possible du point, soit en zigzaguant, soit en tentant de passer en force.

Toutes les boules les mieux placées d'une équipe comptent pour autant de points. Les parties amicales se disputent en 7 points, les concours en 11. C'est l'équipe qui vient de faire le point qui joue la première.

En vrac...

EPS BPl Jph 2.jpg

Nos boules sont pour la plupart très anciennes ( l'une d'elles date de 1878). Elles portent d'un côté le nom du joueur, de l'autre, l'année de fabrication.

Les joueurs fabriquaient eux-mêmes leurs boules personnelles. Fabriquer de nouvelles boules est aujourd'hui très difficile : trouver le bon bois, très dur, très dense, très sec, dans la bonne dimension, à un prix abordable, dans le respect des lois de protection sur les bois exotiques... Les joueurs de Roye ont décidé de laisser leurs boules à l'Association : c'est peut-être la raison du maintien du jeu dans cette ville. Aujourd'hui, on y joue avec les boules des Anciens.

Ce jeu n'a jamais été codifié. Chaque village ou presque avait sa piste, avec ses variations locales. Quand le temps le permet, les amateurs se retrouvent au terrain (près du jeu de paume, presque tous les jours, l'après-midi, d'avril à octobre...).

D'autres jeux de même origine existent :

-A Bouttencourt dans la Somme, la piste est plus courte et plus large.
-La "boule de fort" de Montdidier.
-La " Bourle " dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais, le plus souvent en salle.
-Les boules flamandes de Bailleul, Cassel, Hazebrouck, Eeke …
-La " boule de fort " de la région de Saumur a sans doute la même origine, mais a suivi la même évolution que le jeu de quilles en devenant le bowling . On y joue dans des salles d'associations genre club-house, sur une piste hyper-lisse, avec des chaussures spéciales. On lustre ses boules personnelles avant de jouer. Le jeu demande une précision diabolique !

Quelques photos...

EPS-BPlate04

EPS-BPlate03

EPS-BPlate05

EPS BPl Jph 1

EPS BPl Jph 2

EPS BPl Jph 3

 

Textes: G.LEVERT, J-P.RINCHEVAL, J-F.TRICOIRE                         
Photos et dessins: J-F.TRICOIRE, J-P.RINCHEVAL 

         marqueur eStat'Perso                          

                  RETOUR_1

     Des jeux traditionnels à foison, dont la Boule Plate....

     essai